Il y a beaucoup de personnages caractérisés par leur pilosité qui germent dans nos imaginaires. Voici les miens. Pas tous, non, mais ceux qui m'ont vraiment marquée par leur puissance évocatrice. 

Higumadon dans The World is Mine de Hideki Araï (publié chez Casterman- SAKKA).

Dans cette épopée en quatorze volumes consacrée aux différentes sortes de violences, apparaît de manière spontanée et inexpliquée une sorte d'ours géant, Higumadon. Il ressemble à un ours mais ce n'est pas un ours, sa face n'est pas définie comme celle d'un ours.

apparition de Higumadon

Higumadon versus Mon

Le chien dans Comme Un Gant De Velours Pris Dans La Fonte de Daniel Clowes ( éditions Cornélius, collection Solange).

Chien acéphale Daniel Clowes

Et le plus ancien c'est Wendigo. Dans un Incredible Hulk de ma soeur, il y avait un combat entre Sasquatch (lui aussi un velu) et cet humain maudit pour avoir mangé de la chair humaine ( titre de l'épisode Spawn of the flesh-eater).

Lui a un visage, contrairement aux autres. Cependant il est privé de la parole. En fait c'est plus angoissant que ça, il peut parler mais il ne sait que prononcer ce seul mot: "wendigo". Ce n'était pas kawaï comme Pikachu par la suite, c'était oppressant comme "malkovitch malcovitch" dans la tête de John Malcovitch. Cette frustration de ne pas pouvoir communiquer malgré toute sa puissance, une sorte de contre-point à Johnny Got His Gun.

Wendigo

Une bande-dessinée sans parole, Le Fils de l'Ours Père de Nicolas Presl, éditions The Hoochie Coochie.

ours nicolas presl

Musique pour accompagner Monstrueuse Peluche : Lay Down In The Tall Grass de Timber Timbre.

TIMBER TIMBRE - lay down in the tall grass

 pour la vie des herbes. Et peut-être le clip de Oh Messiah ( toujours Timber Timbre) pour le baiser des magnifiques masques simiesques à la fin.